Sélectionner une page

Obsèques de Benoît XVI : Il était le Pape de l’Afrique qui savait parler à l’Afrique

Obsèques de Benoît XVI : Il était le Pape de l’Afrique  qui savait parler à l’Afrique

C’est le samedi 31 décembre 2022 en la solennité de la Saint Sylvestre que Benoît XVI, Pape émérite, s’en est allé vers le Père et entré dignement dans sa maison. Il rejoint ses prédécesseurs Paul VI, Jean-Paul 1er et Jean-Paul II après 95 ans de vie sur terre, soit 23 ans de cardinalat où il a exercé les fonctions de préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi pendant le pontificat de Jean-Paul II.

Ses obsèques ont eu lieu le jeudi 5 janvier 2023, après la messe des funérailles célébrée par le Pape François, en la basilique Saint-Pierre de Rome.
A Brazzaville, M. Jean-Claude Gakosso, ministre des Affaires étrangères, de la francophonie et des congolais de l’étranger à signer le livre de condoléances ouvert à cet effet à la nonciature apostolique devant Mgr Javier Herrera Corona, nonce apostolique au Congo et au Gabon.

Les fruits du Pontificat de Benoît XVI au Congo
En sept ans et dix mois de pontificat, le Pape Benoît XVI a nommé pour le compte de l’Eglise du Congo cinq évêques: Yves Marie Monot, évêque de Ouesso, le 14 juin 2008; Victor Abagna Mossa, évêque d’Owando et Jean Gardin, évêque du nouveau diocèse d’Impfondo, nommés le 11 février 2011; Urbain Ngassongo, évêque du nouveau diocèse de Gamboma et Miguel Angel Olaverri Arroniz, évêque de Pointe-Noire, nommés le 22 février 2013. Il a érigé deux diocèses: Impfondo, préfecture de la Likouala depuis le 15 décembre 2000 devenu diocèse et Gamboma dans le département des Plateaux.

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.