Sélectionner une page

SANTE : L’opération ‘‘Mavimpi ya mboté’’ lancée à Pointe-Noire

SANTE : L’opération ‘‘Mavimpi ya mboté’’  lancée à Pointe-Noire

Dans l’objectif de réduire le taux de mortalité maternelle et néonatale au Congo et atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) sur la santé des enfants, le ministère de la Santé, avec ses partenaires, a mis en place un programme dit ‘’Mavimpi ya mboté’’, une approche pour l’amélioration de la qualité des soins de la population.
Son lancement a eu lieu le vendredi 2 décembre 2022 au centre de santé intégré de Mbota, à Pointe-Noire, par le ministre de la Santé et de la population, Gilbert Mokoki, en présence de la représentante de l’UNICEF au Congo, le Dr Chantal Umutoni, et de Mme le maire de Pointe-Noire, Evelyne Tchitchelle.
L’approche ‘‘Mavimpi ya mboté’’ en français ‘’bonne santé’’ permettra d’améliorer la qualité des soins. Elle est une offre intégrée des services de santé centrée sur la mère et l’enfant. Celle-ci vient appuyer la stratégie opérationnelle conjointe Congo-OMS pour le développement des districts sanitaires du Congo.
Le chef du district sanitaire de Loandjili, Victor Mukoka Ntumba a rappelé aux bénéficiaires que ce projet était une approche décentralisée du management de stratégie du district sanitaire à partir d’une solution digitale centrée sur la santé du couple mère-enfant avec l’outil Niyam-M. Booster.
Le district sanitaire de Loandjili a eu le privilège d’expérimenter ce projet par le fait d’être dans le département de Pointe-Noire. Il sera mis en place un cadre unique de planification et de suivi-évaluation au niveau des autres districts sanitaires. Il s’agira de réduire les temps consacrés aux formations en salle pour avoir des formations plus adaptées aux besoins identifiés et sur le site, de réduire également les besoins de stockage des fichiers grâce aux datas et de minorer l’utilisation du papier.
Pour sa part, la représentante de l’UNICEF au Congo a remercié le personnel de santé pour son engagement à l’amélioration de la qualité des soins. «J’espère revenir pour célébrer les premiers centres qui seront déclarés Mavimpi ya mboté, c’est-à-dire qui auront les trois étoiles. À la communauté de Loandjili, je vous encourage à poursuivre le chemin de la co-création que vous avez choisi pour donner votre point de vue et participer pleinement à la gestion de vos centres de santé et ainsi donc, de votre santé. L’UNICEF, par ma voix, réitère, une fois de plus, son engagement à être à vos côtés», a-t-elle assuré.
Le ministre de la Santé a souligné que l’expérience de Loandjili va s’étendre à l’échelle nationale. Cette stratégie contribuera à améliorer certains indicateurs de santé à Loandjili et, certainement, à Pointe-Noire et au Congo.
Le ministre de la Santé a, par cette occasion, visité la pharmacie du district sanitaire réhabilitée par l’UNICEF. L’agence onusienne a offert au centre des équipements informatiques, du mobilier, un logiciel pour la gestion des médicaments, et des équipements médicaux, telles les tables d’accouchement. Ces équipements ont été transmis par la suite aux différentes maternités du district sanitaire.
Le ministre Gilbert Mokoki a clos son séjour à Pointe-Noire par la visite du nouvel entrepôt du Programme élargi de vaccination (PEV) de Pointe-Noire, construit sur initiative de l’UNICEF. A cet effet, il a remis au directeur de ce programme, le Dr Alexis Mourou Moyoka, les clés de deux véhicules qui permettront de renforcer la sous-base dans la distribution des vaccins.

Madocie Déogratias MONGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.