Sélectionner une page

SECURITE SOCIALE : Les inspecteurs formés sur la promotion de la santé et la sécurité au travail

SECURITE SOCIALE : Les inspecteurs formés sur  la promotion de la santé et  la sécurité au travail

Du 11 au 15 juillet 2022, la salle des conférences du ministère de la Justice a abrité une formation des inspecteurs du travail sur le thème: «Santé et sécurité au travail et dialogue social dans le contexte de la crise de la covid-19», sous la direction de Christian Aboke-Ndza, directeur de cabinet du ministre d’État, ministre de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale Firmin Ayessa.

Les participants ont élaboré et mis en place un plan d’action des directions départementales du travail, à mettre en œuvre dans les prochains mois. L’objectif général est de contribuer à la promotion de la sécurité et de la santé sur les lieux de travail, en accord avec la politique nationale en matière de sécurité et de santé au travail. Spécifiquement, il s’est agi d’évaluer le niveau des prestations de SST au regard des dispositions nationales et des normes internationales du travail pertinentes; d’apprécier le niveau de sécurité dans les entreprises; de procéder à l’analyse systématique et approfondie des conditions et du milieu de travail en vue d’identifier les facteurs de risque et les maladie notamment celles liée au travail; de contribuer à la mise en place d’un système approprié de surveillance de la santé des travailleurs; de créer les conditions propices à assurer protections des emplois des savoir-faire et des compétences; favoriser le dialogue social dans le contexte de SST.
Les participants ont également suivi, tour à tour, le développement par des experts nationaux et internationaux des thèmes ci-après: Thème 1: «Situation nationale de la sécurité et santé au travail dans le contexte de la covid-19; thème 2: «Contrôle de l’inspection du travail et principes de prévention; thème 3: «Sécurité sanitaire, outils de coercition et sanctions»: thème 4: «La protection des travailleurs, des emplois et des compétences; thème 5: «Principes et droits fondamentaux au travail»; thème 6: «les risques psychosociaux»; thème 7: «le programme promouvoir la sécurité et santé au travail au Congo»; thème 8: «le dialogue social et les conditions de réussite dans le contexte covid-19».
Les discussions d’ensemble et les travaux en groupes ont ensuite permis aux participants d’être désormais capables d’identifier les principales normes internationales du travail et nationales et s’en approprier; de protéger les travailleurs, les emplois et les savoir-faire conformément à la législation nationale; de conseiller efficacement les travailleurs et les employeurs sur les dispositions à mettre en œuvre pour entrer en conformité avec la règlementation nationale dans le contexte covid-19. «À l’effet, d’intérioriser toutes ces compétences, les participants ont élaboré et mis en place, au cours d’un travail de groupe, un plan d’action des directions départementales du travail, à mettre en œuvre dans les prochains mois», indique la synthèse des travaux.
Le directeur de cabinet, Christian Abo-Kenza, a remercié le Centre régional africain d’administration du travail (CRADAT), et son directeur général, présent à Brazzaville. «Cinq jours durant, les animateurs de formation de haut niveau, au plan national et international, ont, grâce à une méthodologie et des moyens techniques variés, interagi positivement avec les inspecteurs du travail du Congo autour des problématiques qui leur sont chères», a-t-il indiqué.

Pascal Azad DOKO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.