Sélectionner une page

Social : BRASCO offre un nouveau bâtiment à l’orphelinat Inzo ya Bana

Social : BRASCO offre un nouveau bâtiment  à l’orphelinat Inzo ya Bana

Fidèle à son engagement de se tenir aux côtés des plus démunis, la société Brasseries du Congo (BRASCO) par sa fondation éponyme veut prendre sa part au combat pour une enfance digne. Elle veut participer au développement de l’éducation des enfants afin qu’ils contribuent à l’édification d’une société meilleure. C’est le samedi 18 septembre dernier que François Gazania, directeur général de BRASCO, a procédé à l’inauguration du nouveau bâtiment abritant les dortoirs de l’orphelinat Inzo ya Bana, situé à Koufoli dans l’arrondissement 5 Mongo Mpoukou à Pointe-Noire. Une cérémonie organisée en présence de l’abbé Abel Liluala, prêtre de l’archidiocèse de Pointe-Noire et fondateur de cette structure, et en présence des enfants.

Remise des kits scolaires aux orphélins

Créé le 11 mars 2011 par l’abbé Abel Liluala, l’orphelinat Inzo ya Bana a vu le jour pour apporter de l’espoir aux enfants orphelins afin d’avoir également une vie normale comme les autres enfants.
L’orphelinat encadre 30 enfants de 4-20 ans. Le nouveau bâtiment permettra d’ajouter un nombre de cinq enfants et est l’occasion de séparer les grands des petits.
Ce nouveau bâtiment R1, est composé de quatre chambres avec salles de bains. Au-rez de chaussée il y a une autre chambre avec salle de bains et un parking pouvant faire office de préau.
Les travaux de ce bâtiment ont commencé avec l’aide d’une association. En bonne voisine et sensible à la sollicitation de l’abbé Abel Liluala, BRASCO a pris le relais pour achever les travaux jusqu’à la finition du nouveau bâtiment Inzo ya Bana. Pour cela, la fondation BRASCO a fait appel à la société LC Construction.
Cette cérémonie n’était pas une inauguration classique. En effet, le Comité de Direction de BRASCO et une vingtaine d’agents de cette société, désireux de donner de leur temps un samedi matin en réalisant une action caritative, ont procédé, accompagnés des professionnels de LC Construction, à divers travaux de finition. Pour le bien des enfants, chacun a donné de sa personne et a mouillé le maillot pendant près de 4h de travaux pratiques. Ainsi, peinture électricité, menuiserie, plomberie et menus travaux de maçonnerie n’ont plus de secret pour les agents BRASCO!

Les enfants de l’orphélinat Inzo ya Bana

En remerciement à tous ceux qui ont pris part au projet, l’abbé Abel Liluala s’est réjoui de l’achèvement des travaux de ce joli bâtiment par BRASCO; il facilitera l’effort quotidien des enfants pour avancer. Il a surtout félicité BRASCO pour son engagement dans le social qui donne un coup de pouce aux plus vulnérables.
François Gazania, directeur général de BRASCO, a invité les enfants à faire un bon usage et à se concentrer sur l’école.
«Aujourd’hui on a rénové une partie de l’orphelinat parce qu’à la fondation BRASCO, nous intervenons sur les communautés qui environnent notre brasserie. Il était important non seulement de financer la rénovation mais aussi de donner de sa personne. Et les supports scolaires permettent de continuer à développer l’éducation des enfants. Car les enfants sont la garantie de l’avenir».
À signaler que le partenariat entre BRASCO et l’orphelinat Inzo ya Bana a commencé depuis le mois de juillet, au moment où l’orphelinat avait des difficultés pour terminer le nouveau bâtiment. Et aujourd’hui, le rêve de l’abbé Abel d’avoir un nouveau bâtiment a été réalisé.
Des kits scolaires (sacs, cahiers, stylos, trousses, etc.) ont été remis au cours de cette cérémonie à l’orphelinat pour la rentrée scolaire qui pointe à l’horizon.

Rejoignez les 417 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le pays change, nous aussi

Même quand l’Histoire avance, il nous arrive de ne pas toujours en distinguer les séquences. Nous sommes entrés dans ce mois des douleurs où il nous arrive souvent de pleurer séparément, parfois en union, deux morts illustres de notre Panthéon national. Il y a 46 ans en effet, le Président Marien Ngouabi et le Cardinal Emile Biayenda étaient assassinés à quatre jours d’intervalle l’un de l’autre.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez les 417 autres abonnés pour recevoir une nouvelle mise à jour d'article.

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

mars 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031