Sélectionner une page

SOUVENIRS : Le chimpanzé Grégoire aurait eu 78 ans aujourd’hui

SOUVENIRS : Le chimpanzé  Grégoire aurait eu 78 ans aujourd’hui

Né le 17 décembre 1944, Grégoire, le plus célèbre chimpanzé du Congo, capturé par un chasseur dans les forêts de Kindamba (département du Pool), était vendu à Brazzaville, et vivait en captivité au parc zoologique, jusqu’en juin 1997. Ce primate faisait la fierté des touristes dans la capitale. Plusieurs générations de Congolais et étrangers, enfants, jeunes et adultes se souviennent encore de lui.
Grégoire amusait tous les visiteurs du parc zoologique. A telle enseigne qu’il en était la plus grande attraction.
Il exhibait des danses extraordinaires, surtout quand on lui offrait des présents (arachide, banane, fruit sauvage…). Mais après avoir dansé, quand on ne lui donnait rien, il vous balançait sa fiante avec ses longs bras.
Grégoire était doté d’une mémoire d’éléphant. Il se rappelait toujours ses visiteurs réguliers. On ne pouvait pas vivre à Brazzaville sans que l’envie prenne de se rendre au zoo pour le voir.
Quand la guerre du 5 juin 1997 éclate, le célèbre chimpanzé fut transféré par hélicoptère dans la forêt du Mayombe, plus précisément dans le district de Madingo-Kaye (département du Kouilou). Où il fut accueilli au sanctuaire de Tchipounga par Mme Jane Goodal, responsable d’une ONG qui s’occupe des bébés gorilles. La popularité de Grégoire avait dépassé les frontières nationales.
En 2004, par exemple, des touristes partis des Etats-Unis étaient venus au Congo pour célébrer avec lui ses 60 ans d’existence. Cette année, on devrait célébrer ses 78 ans, s’il ne s’était éteint en 2008, à l’âge de 64 ans.
En souvenir de Grégoire, qui attirait grand monde, le ministère du Tourisme devrait lui construire un monument. Ce qui serait une première au monde pour un primate.

Equateur Denis NGUIMBI
(De retour de Tchipounga)

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.