Sélectionner une page

Tchad : des lendemains incertains

La transition qui vient de s’engager au Tchad s’annonce sous des auspices inquiétants. Vendredi de la semaine dernière, le sang a encore coulé à Ndjaména. Comme toujours dans nos pays, au lendemain d’une manifestation de la société civile ou de l’opposition, les questions fusent de partout : était-ce une manifestation de protestation contre le maintien au pouvoir du général Mahamat Idriss Deby, ou bien une tentative d’insurrection armée comme le soutient le gouvernement ? Le bilan est-il de 50 morts comme le soutient le gouvernement, ou de 80 comme l’affirment certaines ONG ?
Quelques jours seulement après la fin chahutée d’un Dialogue national censé ramener la paix et la réconciliation, cette répression annonce-t-elle les couleurs du futur que le Tchad veut? De quel souffle ce pays voisin pourra-t-il encore espérer s’inspirer pour recoller les morceaux d’une société fragmentée depuis des années, surtout avec une opposition dont l’action a conduit à la mort – «au front»- du maréchal Deby? Surprenante est la posture du Premier ministre hier farouche opposant, aujourd’hui fervent défenseur du régime en place : jusqu’où ? Ces questions se posent ; il y en a d’autres.
L’Afrique centrale semble avoir pris la mesure des risques d’une conflagration dans la sous-région, à partir d’un pays-clé pour sa stabilité. La rencontre de la CEEAC cette semaine à Kinshasa, entre les chefs d’Etat et leur homologue du Tchad, semble indiquer que nos Chefs d’Etat tiennent les extincteurs à portée de main. Avec un Cameroun, clé économique de notre zone, lacéré à son flanc ouest griffé par une rébellion linguistique, un embrasement de la région serait la dernière chose à nous souhaiter.
Sans parler des vautours djihadistes qui, sous les noms comme Boko Haram, semblent prendre plaisir à verser le sang, enlever les jeunes filles, détruire les églises, des villages ou des champs pour un avenir qu’ils promettent meilleur sous l’œil sévère de Dieu.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.