Sélectionner une page

UNESCO : Impliquer les médias dans la promotion des chercheurs scientifiques

UNESCO : Impliquer les médias dans la promotion  des chercheurs scientifiques

Dans le cadre du projet «Renforcement des systèmes de science, technologie et innovation (STI) pour le développement durable en Afrique» lancé en décembre 2020, les membres de la task force dudit projet, section Congo, sous l’égide de son coordonnateur le Dr Aimé Bertrand Madiele Mabika, directeur général de l’Innovation technologique ont animé une conférence de presse le samedi 16 avril 2022 à Brazzaville.

Ce projet a pour objectif principal de renforcer les systèmes des STI fragiles ainsi que leur gouvernance dans six pays africains dont le Congo. Ces pays ont été sélectionnés conformément à leurs besoins de développement nationaux et aux Objectifs de développement durable (ODD). L’impact attendu dudit projet est de réduire la vulnérabilité des sociétés africaines aux menaces, telles que la pandémie actuelle de COVID-19, et d’utiliser les STI pour accélérer la réalisation des cibles des ODD et des plans de développement nationaux.
Entendu que les médias et la communication sont les moyens efficaces dans la dissémination de l’information. Il se trouve aussi que très peu de médias nationaux ne se spécialisent dans l’information scientifique, par manque de disponibilité de matériaux à diffuser. Les dix thèmes développés dans la Recommandation 2017 (RS|SR 2017) obligent ainsi la prise en main des médias spécialisés ou non, en tant que relais de large diffusion de l’intérêt que les décideurs et autres usagers de la science devraient avoir pour investir dans la STI, de façon à remettre la science et les scientifiques à leur place. Cet accompagnement des médias est important pour l’amélioration de la croissance socio-économique, soutenue grâce à un alignement efficace de la politique nationale aux agendas 2063 de l’Union Africaine et 2030 des Nations unies. Tel a été le sens de la rencontre des membres de la Task force avec les professionnels de l’information. «Nous nous sommes rassemblés pour vous confier la vulgarisation de la Recommandation 2017. Il s’agit pour les médias d’être informer sur l’intérêt que le pays doit porter sur la science et les chercheurs scientifiques. Servir de relais pour atteindre les principaux bénéficiaires concernés par la Recommandation 2017 que sont les décideurs politiques, les sociétés savantes, les élèves et les étudiants pour leur implication dans la circulation et la construction des carrières dans la recherche. Identifier un groupe de médias qui serait porteur de l’information de façon permanente», a fait savoir le Dr Madiele Mabika. Dans la même veine, la représentante de l’UNESCO, Mme Fatoumata Marega a appelé à une mobilisation commune pour développer la science au Congo. Après les médias, la task force du projet STI envisage d’autres rencontres, notamment avec les parlementaires, la société civile, la communauté scientifique et éducative.
A noter que très prochainement, le projet prévoit l’élaboration des documents de politique de la recherche scientifique et de l’innovation technologique qui sera assortie de la stratégie alignée sur le PND 2022-2026. D’autres activités sont également prévues, entre autres l’appui à l’implantation des laboratoires dirigés par des femmes, le programme ‘’Femmes et sciences’’.
Le projet «Renforcement des systèmes de science, technologie et innovation (STI) pour le développement durable en Afrique» bénéficie de l’appui technique de l’UNESCO et de l’appui financier de l’Agence suédoise internationale pour le développement (SIDA).

Esperancia
MBOSSA-OKANDZE

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.