Sélectionner une page

ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE : Mgr Bienvenu Manamika a pris possession canonique du siège métropolitain

ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE : Mgr Bienvenu Manamika a pris possession  canonique du siège métropolitain

Nommé le 18 avril 2020, comme archevêque coadjuteur de Brazzaville avec droit de succession, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou est désormais archevêque métropolitain de Brazzaville. Il a été installé dans ses fonctions, dimanche 21 novembre 2021, en la solennité du Christ-Roi de l’univers, au cours d’une messe au stade Félix Eboué, en présence du chef de l’Etat congolais. Sixième archevêque de Brazzaville après NN.SS. Michel Bernard, Théophile Mbemba, le cardinal Emile Biayenda, Mgr Barthélemy Batantu, Mgr Anatole Milandou, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, avec ses 8 ans d’épiscopat et ses 28 ans de sacerdoce, est désormais le 5e archevêque congolais de Brazzaville, et le pasteur propre de l’Eglise de Brazzaville, conformément à la volonté de l’Eglise et du Saint-Père, le Pape François.

Le nouvel Archevêque de Brazzaville, les Archevêques et Evêques concélébrants posant avec le Président de la République

Présidée par Mgr Anatole Milandou, archevêque sortant de Brazzaville, qui a cédé le témoin à son successeur, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou dès le début, la messe a été concélébrée par leurs éminences les cardinaux Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui en République centrafricaine (RCA), et Fridolin Ambongo Besungu, archevêque métropolitain de Kinshasa, en (RDC), Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble, en France, Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, au Cameroun, Mgr Juan Domingo Beka Esono, évêque de Mongomo, en Guinée Equatoriale, NN.SS. Edouard Kisonga et Charles Ndaka évêques auxiliaires de Kinshasa, Mgr Jean Vincent Ondo Eyene, évêque d’Oyem, vice-président de la Conférence épiscopale du Gabon, Mgr Andrea Giovita, légat du Pape, chargé d’affaires à la Nonciature apostolique du Congo, les évêques membres de la Conférence épiscopale du Congo (CEC) conduits par Mgr Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, président de la CEC, NN.SS. Victor Abagna Mossa, archevêque d’Owando, Miguel Angel Olaverri, archevêque de Pointe-Noire, Mgr Yves Marie Monot, évêque de Ouesso, Urbain Ngassongo, évêque de Gamboma, Daniel Nzika, évêque d’Impfondo, Ildevert Mathurin Mouanga, évêque de Kinkala, Louis Portella Mbuyu, évêque émérite de Kinkala. Parmi les concélébrants, il y a eu le père Alain Mayama, supérieur général des spiritains, de nombreux prêtres venus aussi bien des différentes structures de l’Eglise, de l’archidiocèse de Brazzaville, des différents diocèses du Congo et de l’étranger dont les abbés Brice Armand Ibombo, Antonio Mabiala, secrétaires généraux de la CEC, de l’ACERAC, Michel Ange Bengone, secrétaire général de la Conférence épiscopale du Gabon, Alain Loemba Makosso, vicaire général de Poinrte-Noire, Félix Maboundou, vicaire général de Kinkala, Gervais Protais Yombo, curé de la paroisse Notre-Dame de l’Assomption d’Oyo, dans l’archidiocèse d’Owando, et bien d’autres.

Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou recevant les obédiences des prêtres placés sous sa juridiction

Rehaussée de la présence de M. Denis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo, chef de l’Etat congolais, la messe a connu la participation de M. Anatole Collinet Makosso, Premier ministre, chef du Gouvernement, de MM. Isidore Mvouba et Pierre Ngolo, présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, des membres du Gouvernement et des autres corps constitués de la République dont les parlementaires, les ambassadeurs et chefs de mission diplomatique, et de plusieurs autorités civiles et militaires de divers rangs.
Les chrétiens de l’archidiocèse de Brazzaville ont accueilli dans la joie et l’allégresse générale leur nouveau pasteur, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, succédant à Mgr Anatole Milandou après 20 ans de service pastoral et ayant atteint 75 ans, l’âge requis pour la retraite selon le canon 401 paraphe 1 du Code de Droit canonique. La messe d’installation du nouvel archevêque a eu pour cadre l’enceinte mythique du stade Félix Eboué où se déroulent souvent les grands événements religieux, à l’instar de l’intronisation de Mgr Théophile Mbemba, l’accueil du cardinal Emile Biayenda après son élévation et le port de la barrette cardinalice. Ce dimanche de la solennité du Christ, Roi de l’univers, avec un temps un peu ensoleillé, les chrétiens de l’archidiocèse de Brazzaville étaient très nombreux qui ont fait le déplacement du stade Félix Eboué, mais contraints aux mesures sanitaires de la Covid-19, puisque le ministère de l’intérieur n’avait autorisé que 1000 participants à cette messe. Nombreux des fidèles étaient obligés de rester dans l’enceinte de la basilique Sainte Anne.
Des religieux, religieuses de diverses congrégations aux côtés des laïcs venus de différentes paroisses de l’archidiocèse, des délégations venues de Kinshasa en RDC, de Bangui, en RCA, de Dolisie, Nkayi, Pointe-Noire, et d’ailleurs, aux côtés des membres de la famille biologique du nouvel archevêque conduits par M. Abel Manamika, frère aîné du prélat à l’honneur, ont participé à cette messe animée par la chorale diocésaine Mgr Barthélemy Batantu, les chœurs diocésains de la Schola Populaire et des Amis du Grégorien.

Mgr Bienvenu Manamika (crosse en main) avec les cardinaux Dieudonné Nzapalainga et Fridolin Ambongo

Au début, l’abbé Brice Armand Ibombo a présenté les hôtes de l’Eglise du Congo ayant concélébré cette messe et a salué la présence du chef de l’Etat à cette messe.
Dans son allocution de circonstance, Mgr Anatole Milandou a dépeint ce à quoi devait ressembler la fin de son mandat épiscopal. ««L’archevêque émérite ne cogère pas le diocèse. Il n’est pas non plus un recours ni une alternative.

Mgr Guy De Kerimel

Il est fini le temps de Mgr Milandou. Il n’y a pas de doublon. Aujourd’hui commence le temps de Mgr Bienvenu Manamika-Bafouakouahou!», a lancé l’archevêque sortant peu avant de remettre son tablier à son successeur. Puis a suivi le rite d’installation de Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou sur la cathèdre avec remise de la crosse comme bâton et symbole du gouvernement pastoral. Ce rite a été marqué par la lecture de la bulle par le chargé d’affaires à la Nonciature apostolique du Congo, la récitation de la profession de foi et du serment de fidélité par le nouvel archevêque. Après avoir salué les cardinaux, ses confrères évêques, le nouvel archevêque est allé saluer le Président de la République et les autorités du pays ainsi que le Peuple de Dieu. Puis a suivi la présentation des obédiences des prêtres exerçant dans l’archidiocèse de Brazzaville au nouvel archevêque.

Mgr Daniel Mizonzo

L’abbé Michel Bordan Bébert Kimbouani Ntsoki, chancelier de l’archidiocèse de Brazzaville, a donné un éclairage sur la prise de possession canonique du siège métropolitain. De même, il a évoqué les spécificités et les particularités du jumelage paraphé entre le diocèse de Grenoble et l’archidiocèse de Brazzaville.
Dans son homélie, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou a rappelé l’origine, la nature et les spécificités de la royauté de Jésus : «Celui qui nous a appelés et qui nous rassemble en ce Stade Félix Eboué, c’est Jésus-Christ, Fils du Dieu Vivant. En cette solennité, Il nous rappelle dans la Puissance et la sagesse du Saint Esprit qu’Il a reçu de Son Père, domination, gloire et royauté sur tous les peuples, toutes les nations.» «Célébrer la fête du Christ-Roi de l’Univers, c’est donc écouter la voix du Roi des rois et accueillir la vérité de Son Etre qu’Il révèle de manière surprenante et déroutante à notre entendement. Jésus affirme en effet que Sa royauté n’est pas de ce monde. En déclarant que Sa royauté n’est pas de ce monde. Cela ne signifie nullement que Jésus refuse de reconnaître à Sa souveraineté un caractère de royauté sociale ; le «de ce monde» «de hoc mundo», exprime ici l’origine et la nature de cette royauté.» a déclaré le nouvel archevêque de Brazzaville avant de poursuivre : «Notre mission de baptisés, reines et rois consacrés pour le bien de nos familles, de nos amis, de nos territoires, de vie et de travail, de la communauté nationale nous oblige à ne pas chercher notre intérêt personnel au détriment d’un intérêt plus grand qu’est le bien commun.»
Après l’homélie, est venu le temps des obédiences, où le clergé de l’archidiocèse, les Congrégations religieuses, les laïcs représentés par le BEDAL se sont prosternés devant le nouvel archevêque. Puis a suivi la longue procession au cours de laquelle les différentes délégations ont apporté des offrandes au nouvel archevêque de Brazzaville.

Mgr Anatole Milandou

Vers la fin de la messe ayant pour coryphée l’abbé Vincent de Paul Malonga, curé de la paroisse Ndona Marie de Mfilou-Ngamaba, Mgr Guy de Kerimel a prononcé une allocution pour présenter l’origine, le bien-fondé et les avantages pour les deux peuples de sceller le jumelage entre le diocèse de Grenoble et l’archidiocèse de Brazzaville, avant de procéder à la concrétisation de ce jumelage par la paraphe des documents officiels. Le chargé d’affaires de la Nonciature apostolique au Congo a lu la lettre venue de Rome à cette occasion, et a annoncé la cérémonie de la vêture du pallium au nouvel archevêque dans quatre mois. Alors que le président de la CEC a prononcé une longue allocution dans laquelle il a rendu hommage à Mgr Anatole Milandou pour son long et fructueux ministère épiscopal, le plus long à ce jour, des évêques du Congo. De même, il a félicité Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou pour son accession au siège métropolitain de Brazzaville, après 7 ans passés comme évêque de Dolisie.
Peu avant son ultime intervention, le nouvel archevêque a convié les membres de la curie épiscopale à un moment de vénération à la Vierge Marie devant la statuette de la reine des saints, placée à l’angle gauche de l’autel. Puis, après avoir rendue publique la décision de proroger les affectations des ouvriers apostoliques de l’archidiocèse de Brazzaville publiées par son prédécesseur jusqu’en juillet 2022, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou a rendu grâce à Dieu, remercié l’Eglise et le Saint-Père, de l’avoir choisi comme nouveau berger du troupeau de l’Eglise de Brazzaville et a demandé de prier pour lui afin qu’il devienne ce pasteur selon le cœur de Dieu et dont l’Eglise a tant besoin.

Gislain Wilfrid BOUMBA
et Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.