Sélectionner une page

ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE : Les abbés A. Loemba Makosso, J. M’voumbi, L. Pambou et J. Gilbert Mavoungou célèbrent leurs 30 ans de vie sacerdotale

ARCHIDIOCESE DE POINTE-NOIRE : Les abbés A. Loemba Makosso,  J. M’voumbi, L. Pambou et J. Gilbert Mavoungou célèbrent leurs 30 ans  de vie sacerdotale

Prêtres de l’archidiocèse de Pointe-Noire, les abbés Alain Loemba Makosso, Joachim M’voumbi, Louis Pambou et Jean Gilbert Mavoungou ont fêté leurs 30 ans de vie sacerdotale, le dimanche 3 juillet 2022, en la paroisse Saint François de la capitale économique. La messe a été célébrée par Mgr Miguel Angel Olaverri, archevêque de Pointe-Noire, entouré de plusieurs prêtres, religieux et religieuses venus des différentes paroisses de l’archidiocèse. Elle a été animée par les chorales Rois Mages de la paroisse Saint François et Sainte Cécile de la paroisse Christ Roi de Loandjili.

Ordonnés tous en 1992, ces prêtres ont reporté leur pensée vers l’arrière afin de se souvenir du jour où ils ont dit oui au Seigneur pour le service de son Eglise. 30 ans de fidélité à la vie de prêtrise au sein de l’Eglise du Congo, un parcours remarquable pour ces abbés qui ont voulu surtout rendre grâce au Seigneur pour les immenses merveilles reçues et vécues.
Des hauts et des bas ont aussi marqué leur parcours certes, mais ils sont parvenus jusqu’à fêter leurs 30 ans de cette vie sacerdotale par la force du Seigneur.
Leurs 30 ans de vie sacerdotale n’ont pas été vides de contenus. Beaucoup d’entre eux ont eu à occuper des responsabilités dans le diocèse de Pointe-Noire.
Dans son homélie tirée de l’évangile selon Saint Luc (Lc 10, 1-12. 17-20), Mgr Miguel a fait comprendre aux prêtres à l’honneur que la Parole de Dieu se vit dans la vie de chaque jour; c’est Dieu qui nous inspire ce que l’Esprit veut dire à l’Eglise.
«Le Seigneur nous désigne, nous aussi; personne n’a le mandat par lui-même, c’est Dieu qui appelle. Il y a des laïcs et parfois aussi des prêtres et des séminaristes qui se donnent leur mission eux-mêmes; la mission est reçue et nous l’acceptons ou nous ne l’acceptons pas. Mais c’est Dieu qui appelle et nous avons été appelés, par notre baptême, pour faire une communauté sacerdotale; pour proclamer les haut-faits. Nous sommes envoyés devant Lui, devant sa face, comme Jean Baptiste était envoyé devant la face du Seigneur pour préparer ses chemins. C’est modeste, car nous ne sommes que les précurseurs, c’est grandiose: marcher devant le Seigneur! Il envoie deux par deux signifie qu’on ne peut pas faire annoncer l’Evangile dans la foi par celui qui se détache de la communauté. Deux à deux signifie déjà un groupe et la communauté qui témoigne de l’Evangile est une force pour notre société et notre force, c’est la communauté», a dit Mgr Miguel Angel Olaverri.
Pour clôturer cette célébration, l’abbé Joachim M’voumbi, curé de la paroisse Sainte Rita, au nom des prêtres qui ont fêté leurs 30 ans de vie sacerdotale, a exprimé sa joie et sa gratitude à tous ceux qui sont venus de tous les horizons de l’archidiocèse de Pointe-Noire pour célébrer ensemble avec eux cette fête: «C’est ici l’occasion de solliciter votre indulgence pour toutes les imperfections constatées liées à notre fragilité d’hommes. Une fragilité qui n’a d’ailleurs pas entamé notre courage et notre dynamisme à nous mettre au service de l’Eglise et des plus pauvres depuis le jour de notre ordination. Que Dieu reçoive toutes nos louanges, nos bénédictions et nos actions de grâce! Et merci à notre père archevêque pour son attention paternelle à notre égard», a dit le curé de la paroisse Sainte Rita.
À noter que ce même dimanche 3 juillet, l’abbé Abel Liluala, ordonné en 1994, a également fêté ses 28 ans de vie sacerdotale à la paroisse cathédrale Saint Pierre Apôtre.

Madocie Déogratias MONGO

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.