Sélectionner une page

CARITAS BRAZZAVILLE : Des coachs communautaires formés sur les techniques d’animation

Des coachs communautaires, issus du groupement communautaire CARITAS Brazzaville/Kosala,75 au total, ont bénéficié d’une formation du 14 au 20 avril derniers au Centre interdiocésain des œuvres (CIO) à Brazzaville. Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet Lisungi de riposte d’urgence à la COVID-19 (PLRUC).
Placé sous la coordination de Rufin Mbouala, chargé des projets à CARITAS Brazzaville, en présence de l’abbé Matthieu Bakanina, directeur de cette structure humanitaire, l’atelier de renforcement des capacités des coachs communautaires CARITAS Brazzaville/Kosala a eu pour but de sensibiliser toutes les parties prenantes en leur donnant des outils nécessaires afin de bien agir sur le terrain, d’accompagner, d’encadrer et de faire le suivi des 3769 ménages bénéficiaires de transferts monétaires conditionnels.
Plusieurs sous thèmes ont été développés au cours de cet atelier, entre autres: «Gestion des activités génératrices de revenus (AGR)», «Techniques d’animation, d’accompagnement et de formation des groupes», «Rôle et missions du coach», «Impact environnemental et mesure d’atténuation dans la mise en œuvre d’une AGR», «Principales fonctionnalités des applications du projet Lisungi» etc,
A noter que tous les ménages ne sont pas éligibles au projet Lisungi. Seuls les ménages recensés et inscrits sur le registre social unique au comité de ciblage communautaire, notamment les chefs de quartier, sont éligibles. Les ménages sont répartis par arrondissement, tout comme les 75 coachs répartis comme suit: Madibou (27), Makélékélé (27), Bacongo (21), Poto-Poto (21), et Moungali (21).

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.