Sélectionner une page

CONSEIL ŒCUMENIQUE DES EGLISES CHRETIENNES DU CONGO : Passation de responsabilité entre Mgr Bienvenu Manamika et le pasteur Alain Gonard Bakoua

CONSEIL ŒCUMENIQUE DES EGLISES CHRETIENNES DU CONGO : Passation de responsabilité  entre Mgr Bienvenu Manamika  et le pasteur Alain Gonard Bakoua

Placée sous le thème: «Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage» (Matthieu 2, 2), la 52e Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens s’est ouverte le jeudi 20 janvier 2022 au poste du cinquantenaire de l’Armée du salut au Plateau des 15 ans, à Brazzaville. C’était au cours d’un culte qui a réuni les ouvriers apostoliques des Eglises membres du Conseil œcuménique. A cette occasion, l’Eglise catholique qui a assumé pendant deux ans la présidence tournante du Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes a passé le témoin à l’Eglise évangélique du Congo pour un mandat de deux ans.

C’est Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, archevêque métropolitain de Brazzaville, qui vient de terminer le mandat laissé par Mgr Anatole Milandou, archevêque émérite, qui a transmis les attributs (cachet, Bible et maillet) par le biais du colonel Sakamesso, ancien de l’œcuménisme, ainsi que des documents administratifs symboliques au pasteur Juste Alain Gonard Bakoua, président de l’Eglise évangélique du Congo, comme nouveau président en exercice du Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo. En présence du colonel Eugène Bamanabio, chef de territoire de l’Armée du salut au Congo, du pasteur Gustave Ngakosso, représentant du président de l’Eglise évangélique luthérienne du Congo, du père Jacob Miayokela Ntsoumou, représentant légal de l’Eglise orthodoxe du Congo.
Donnant la symbolique du thème de cette 52e Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens, l’officiant salutiste du jour, a indiqué que les textes bibliques à utiliser cette année ont été préparés par le Conseil des Eglises du Moyen-Orient. Ils s’inspirent de la visite des rois mages au roi nouveau-né, telle qu’elle est décrite dans l’évangile de Saint Matthieu: «Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage». «Portons notre regard sur l’étoile qui resplendit en Orient et, nous aussi, laissons-nous guider. Allons à la rencontre de Dieu dans l’action de grâce et la joie, en nous souvenant devant lui de tous les malades, les affligés, les marginaux, les réfugiés et les déracinés, sachant que Dieu par sa lumière peut dissiper nos ténèbres. Aujourd’hui, dans notre prière pour l’unité de l’Eglise, puissions-nous, ainsi que les communautés dont nous sommes issus, être aussi des lumières qui guident les autres vers le Sauveur Jésus-Christ», a souligné l’officiant.
Dans sa prédication tirée de l’évangile de Matthieu 2, 1-12, l’abbé Serge Babingui, prêtre de l’archidiocèse de Brazzaville, en mission d’études à Rennes, en France, a interpellé la conscience des ouvriers apostoliques sur la thématique de la mission des rois mages visitant le nouveau-né Jésus. «Nous, chefs spirituels des Eglises catholique, évangélique, salutiste, tenons à rendre hommage à la mémoire de celui que Dieu avait placé devant nous et que le peuple avait choisi pour conduire la nation congolaise sur le chemin de justice, de fraternité et de partage de la richesse commune», a indiqué l’abbé Serge Babingui.
Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, président sortant a rappelé que c’est le mandat de son prédécesseur Mgr Anatole Milandou, admis à faire valoir ses droits à la retraite qu’il vient d’achever en lui rendant un hommage pour son dynamisme pastoral. Le président en exercice entrant a mis en exergue six axes prioritaires: revenir à Dieu de tout notre cœur; revisiter la mission sociale diaconale plus engagée; dépasser l’œcuménisme festif, événementiel ou de circonstance, focalisé sur des célébrations de masse sans implication et sans répercussions à la base, envisager un œcuménisme de rapprochement, d’échange et de partage sur les questions sociales, éthiques, pastorales, de développement, de justice et de paix; définir et repréciser le cadre de la question complexe du dialogue interreligieux pour donner au religieux la capacité d’intervenir sur les questions d’intérêt commun, de bonne gouvernance, de justice sociale, de paix, d’éducation et de santé; reconquérir l’image et l’identité chrétiennes atténuées par les crises multiformes et les conflits internes au sein des communautés; s’engager dans la mission prophétique qui est l’une des exigences du Seigneur.
A la fin du culte, le représentant de l’Alliance biblique au Congo a offert des Bibles aux responsables du Conseil œcuménique.

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.