Sélectionner une page

COOPERATION : Réfléchir à la transformation numérique des douanes

COOPERATION : Réfléchir à la transformation numérique des douanes

Prélude à la 28e Conférence des directeurs généraux des douanes de la région Afrique occidentale et centrale qui se tient du 26 au 27 mai 2022 à Brazzaville, les experts de ladite conférence se sont retrouvés pour la 26e réunion de ce comité les 23 et 24 mai dans la capitale congolaise. La rencontre s’est articulée autour du thème: «Accélérer la transformation numérique des douanes en développant une culture de la donnée et un écosystème performant».

C’est Guénolé Mbongo Koumou, vice-président de l’Organisation mondiale des douanes (OMD) de la région Afrique occidentale et centrale qui a ouvert les travaux de cette réunion, en présence de plusieurs hôtes dont Njebi Vincent Kwalar, coordonnateur régional de l’OMD pour la région et d’Abdel Kader Sangho, directeur du bureau régional de renforcement des capacités. La 26e réunion de ce comité d’experts a constitué un cadre pour les experts de la région de passer en revue toutes les questions touchant au fonctionnement de celle-ci.
Les experts ont échangé autour des thèmes d’intérêt commun sur le renforcement des capacités, le raffermissement du cadre institutionnel, le droit budgétaire régional et l’élaboration du plan stratégique régional.
Ils ont planché sur les évolutions et les défis de la région, mais aussi les partages d’expériences du secrétariat de la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF) et des communités économiques régionales.
«Dans notre région, nous devons chercher des solutions communes qui serviront de base à des projets de réformes douanières. Dans cette optique, l’établissement d’un réseau régional des champions de la modernisation de la gestion du capital humain douanier constitue une initiative d’une grande importance pour la région, d’autant plus qu’elle vient consolider les efforts engagés pour renforcer le capital humain dans le cadre du projet MADAO dans sa composante gestion des ressources humaines», a dit le directeur du bureau régional de renforcement des capacités.
La réunion, a souligné le vice-président Guénolé Mbongo-Koumou se tient dans un contexte d’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale et de criminalité transfrontalière grandissante. «Nous, administrations douanières nous devons nous réinventer pour assurer un accompagnement réussi de la volonté politique de nos chefs d’Etat en phase avec l’agenda 2063 de l’Union africaine.»
Sur le plan institutionnel, le statut juridique des structures régionales mérite d’être revisité, aux fins d’une meilleure opérationnalisation et d’une mise en œuvre efficace des actions de renforcement des capacités qui constituent des axes majeurs de notre plan stratégique régional, a indiqué le vice-président de l’OMD de la région Afrique occidentale et centrale.
Au plan budgétaire et financier, a-t-il poursuivi, le renforcement du droit budgétaire régional est indispensable pour une meilleure collecte des ressources et une rationalisation des dépenses, a souligné Guénolé Mbongo-Koumou. Selon lui, les réformes envisagées visent à favoriser la promotion des principes de solidarité et d’égalité, de responsabilité et d’équilibre. Il s’est par ailleurs intéressé à l’harmonisation et la modernisation des procédures douanières, en vue de faciliter le mouvement transfrontalier des marchandises, tout en luttant efficacement contre toute forme de trafic illicite; «la promotion d’une gestion des ressources humaines basée sur les compétences et l’informatisation des départements des ressources humaines dans nos administrations; enfin, le renforcement de la transparence et de la redevabilité au regard des missions des comités financier et d’audit».

Esperancia
MBOSSA-OKANDZE

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.