Sélectionner une page

FETE PATRONALE DU MOUVEMENT DES ELISA : L’abbé Bertholin Bahoumina exhorte les Elisa à imiter les vertus de la Vierge Marie

FETE PATRONALE DU MOUVEMENT DES ELISA : L’abbé Bertholin Bahoumina exhorte les Elisa à imiter les vertus de la Vierge Marie

Normalement célébrée le 25 mars de chaque année, la fête patronale du Mouvement des Elisa a été commémorée cette année de façon extérieure, le samedi 26 mars 2022, en la paroisse Notre-Dame de l’Assomption, au Camp 15 août de Brazzaville. Présidée par l’abbé Bertholin Bahoumina, curé de la paroisse Saint-Esprit de Moungali, la messe a été concélébrée par les abbés Jacques Bouekassa, curé de la paroisse Notre-Dame de l’Assomption, Bernard Mivec Tchissafou et Guy Clotaire Bilou, vicaires paroissiaux.

Au début, Sr Doïna Nsampet, religieuse de la congrégation des sœurs de la Croix de Chavanod, responsable paroissiale des Elisa a prononcé le mot de bienvenue. Elle s’est réjouie du choix porté sur leur paroisse pour vivre cet événement annuel.

Lisette Clarja Siassia Malonga

Plusieurs délégations des Elisa venues de différentes paroisses de l’archidiocèse de Brazzaville conduites par le bureau diocésain du mouvement des Elisa de Brazzaville, dont Lisette Clarja Siassia Malonga, en est la présidente, et en même temps trésorière de la Commission diocésaine pour la pastorale de l’enfance et de la jeunesse, ont marqué leur présence à cette messe commémorative de leur fête patronale animée par la chorale du secteur Elisabeth regroupant huit paroisses du centre. Parmi les participants à la messe pouvaient être distinguées Sr Armandine Batia-Banzouzi, aumônière nationale et diocésaine du Mouvement des Elisa et d’autres religieuses ayant en charge la pastorale de l’enfance dans leurs paroisses respectives.

Une vue des participants à la messe

Dans son homélie, l’abbé Bertholin Bahoumina a exhorté les Elisa à imiter les vertus de la Vierge Marie, à faire davantage attention aux autres afin d’être leur porte-parole vers le Seigneur dans les moments de détresse, de pénurie et autres. «A l’image de la Vierge Marie lors du mariage de Cana en Galilée, lorsque le vin vint à manquer, est allée voir son fils Jésus, qui accomplit par la suite son premier miracle en transformant l’eau en vin. De même, les Elisa conformément à leur salutation: «Servantes du Seigneur! Paix et joie!» sont appelées à être des modèles dans leur vie quotidienne afin de véhiculer les vertus de la Vierge Marie dans la société et dans leurs différents milieux de vie.» a fait remarquer le prédicateur.
La procession des offrandes remarquablement animée par les cadettes et les ainées des Elisa de l’archidiocèse, a précédé la fin de la messe qui a été marquée par quelques allocutions dont celle de la secrétaire générale du bureau diocésain du Mouvement des Elisa, Paule Saddy Ngantoula, qui a lu les annonces diocésaines. A sa suite, Staëlle Ayessa, présidente nationale du Mouvement à l’honneur, a livré le message de la structure qu’elle dirige, couronné par la remise de l’Icône représentant l’Annonciation au bureau diocésain de Brazzaville. La présidente diocésaine de Brazzaville, Lisette Clarja Siassia Malonga a remercié les prêtres, notamment les curés de Notre-Dame de l’Assomption pour leur avoir accordé d’occuper l’église et de célébrer cette fête patronale, de Saint-Esprit de Moungali pour s’être rendu disponible à présider cette Eucharistie.
Les deux dernières allocutions ont été celle de l’abbé Jacques Bouekassa qui a encouragé les Elisa à aller de l’avant en conservant jalousement leur spécificité féminine, «car c’est une affaire de femmes», a-t-il déclaré, et celle du célébrant principal qui a invité davantage les Elisa à devenir et à demeurer des modèles dans leurs milieux respectifs de vie et partout où le besoin se fera sentir.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.