Sélectionner une page

Mode

On ne sait pas bien comment se propagent les modes et les tendances. On ne sait pas bien les réalités qui resteront demain. Et, surtout, à l’ère de la communication rapide et du flot incessant des nouvelles qui nous submergent, on ne peut pas dire qu’une information va faire «flop» ou si elle va grandir, prospérer, devenir virale. Ainsi, dans les tiroirs des modes passées, délaissées ou oubliées, il y a très certainement des monceaux d’oripeaux qui pourraient faire sourire aujourd’hui par leur superficialité. Mais il y a aussi de véritables crottes qui s’incrustent et dégoulinent de dégoût.
Ainsi du tsunami des porta potty qui dévaste la toile à Abidjan, en Côte d’Ivoire, et qui risquerait de déborder vers notre zone (qui n’est pas plus vertueuse mais a, au contraire, tendance à se montrer perméable aux mauvaisetés d’ailleurs), la route de Dubaï, que se mettent à fréquenter beaucoup de ressortissants congolais des deux rives, serait une route de perdition. Des stars ouest-africaines y seraient parties démunies et en seraient revenues pleines aux as. Mais l’eldorado serait un lieu de véritable anéantissement de la dignité.
Être contraints à se rabaisser au plus bas de l’humain, jusqu’à accepter d’ingurgiter des déjections humaines, volontairement, est véritablement la fin de tout. Même si le résultat financier peut s’évaluer en millions. La naïveté de cette révolte fait peut-être sourire certains, parce que des pratiques sordides auraient déjà cours chez nous-mêmes, mais dans le cadre limité de ce journal catholique, nous voulons alerter sur ce qui pourrait être. Ou sur ce qui est peut-être déjà, mais dont seuls les ignares n’ont pas encore entendu parler. Pour le moment.
Les «explicateurs» de toutes les distorsions dont regorgent nos sociétés expliquent que c’est la pauvreté qui conduit désespérément à rechercher le clinquant, à s’adonner à l’impossible pour s’ébrouer et se sortir de cette gangue. La pauvreté, ajoutent-ils, pousse à se faire déterreurs de cadavres dans les cimetières. De vendeurs d’os humains. De sacrificateurs de jeunes enfants à la veille des échéances électorales, des modes qui seraient venues de pays voisins. Peut-être. Il reste que la pauvreté n’est pas une mode. Et que pour contrer des déviances, il ne faut pas être riches au préalable.
Révoltants, répugnants les porta potty ? Sans aucun doute. L’étymologie de l’expression renverrait aux WC mobiles. Mais si nos sociétés sont à ce point corrodées, c’est donc que les porteurs de m… mobiles ne sont pas qu’en Afrique de l’Ouest, ne reviennent pas que de Dubaï. Pour une fois, prenons conscience des limites que la barbarie repousse chaque jour autour de nous et sûrement en nous. Retrouvons le sens de l’humain.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Le Pape est chez nous !

Après un report en juillet, le voyage du Pape en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud se matérialise enfin. Depuis mardi le Souverain pontife est à Kinshasa, en attendant d’arriver en fin de semaine à Djouba, capitale du Sud Soudan. Ce voyage se veut un pèlerinage de paix, une invite à la réconciliation, un rappel à cette humanité que le contact avec l’évangile du Salut devrait avoir rendu plus sensible à la sacralité de la vie humaine.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728