Sélectionner une page

MUSIQUE : La Fédération des chorales du Congo-Brazzaville voit le jour

Une grande première! La création de la Fédération des chorales du Congo-Brazzaville (FCCB). La nouvelle organisation sera portée sur les fonts baptismaux le vendredi 1er juillet 2022, à l’Institut français du Congo (IFC) de Brazzaville. Dans l’interview qu’il nous a accordée, Ghislain Pambou, le président de cette association culturelle, parle de ce projet dont il est le grand architecte.

*Vous avez fait, pendant longtemps, de la création de la Fédération des chorales du Congo votre cheval de bataille. Ce projet est aujourd’hui devenu réalité. Le combat a été long, n’est-ce pas?
**Effectivement, le combat a été long. Ça a été un grand combat, parce qu’aujourd’hui, nous sommes à la sixième année, depuis qu’on a commencé ce grand projet qui commence à voir le jour. C’est une joie qu’on doit porter dans nos cœurs.

*A propos de cette fédération, justement, pouvez-vous nous en dire quelques mots?
**La Fédération des chorales du Congo, c’est une vraie famille. D’abord, commençons par le grand concours de chorales qu’on a créé, ‘’Le Congo a du chœur’’, ce chœur de la fraternité. Donc, la Fédération ne vient que pour accompagner les chorales aujourd’hui. Vous savez que les chorales sont encore dans un monde disparate. Aujourd’hui, s’il y a un milieu où les gens ne sont pas vraiment formés, c’est celui des chorales. Donc, la Fédération ne vient qu’accompagner les chorales pour leur rayonnement, leur vision; former, apporter un plus au niveau de nos chœurs, que ces chorales deviennent vraiment des outils de propagande de paix, d’amour, de fraternité, pourquoi pas aussi de rayonnement pour notre pays? Voilà il s’agit de tous ces problèmes sur lesquels nous sommes en train de réfléchir, voir comment la Fédération pourra les pallier.

*Le vendredi 1er juillet, à l’Institut français du Congo de Brazzaville aura lieu le lancement officiel de la Fédération des chorales du Congo-Brazzaville. Qu’est-ce qui est prévu à cette occasion?
**Ce sera une rencontre de grande fraternité. Il y aura chorale de Côte d’Ivoire, il y aura des amis de Dolisie, de Sibiti, un grand concert avec la Chorale Ngounga de la Cathédrale Sacré-Cœur, la chorale Flamme de l’Esprit de l’Eglise évangélique du Congo, et la chorale La Colombe se produiront. Il y aura le mot du directeur délégué de l’Institut français, du président de la fédération des chorales de Côte d’Ivoire et, bien sûr, le mot du président de la Fédération des chorales du Congo, que je suis.

*Auriez vous un message, un vœu, en conclusion de notre entretien?
**Le message concerne le chant choral qui est délaissé aujourd’hui. On n’y pense pas trop, mais c’est un vrai outil de la fraternité. Aujourd’hui, au vu des divisions que nous avons dans ce pays, dans ce monde, une note de musique est toujours là, la polyphonie en a besoin. Seuls, on ne peut rien faire, mais ensemble, on est fort. Donc, je lance cet appel aujourd’hui aux autorités, à tous les responsables de mettre la main à la pâte pour que ce chant choral devienne structuré, pourquoi pas demain, lancer une école de musique chorale au Congo-Brazzaville?

Propos recueillis par
Véran Carrhol YANGA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

metier dangereux

Un journaliste du Cameroun, pays voisin, a été assassiné dimanche dernier à Yaoundé. Martinez Zogo, 51 ans, de la radio privée Amplitude FM de la capitale camerounaise, a été retrouvé presqu’en putréfaction. Comme pour ajouter à la sauvagerie, il a été brutalement torturé et mutilé comme pour souligner un acharnement à l’anéantissement, une volonté d’en finir avec la vérité que proclamait tout son engagement dans la lutte contre la corruption et dont son émission phare, ”Embouteillage”, s’était fait une renommée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.