Sélectionner une page

MUSIQUE : Le vibrant hommage de l’UMC à Chairman Jacques Koyo

MUSIQUE : Le vibrant hommage de l’UMC à Chairman Jacques Koyo

Pour rendre un hommage à la dimension de sa renommée à l’artiste-musicien Chairman Jacques Koyo, le père de la danse Engonza, retrouvé mort à son domicile le mardi 21 septembre dernier, et dont le corps en début de décomposition a été porté en terre le même jour au cimentière du centre-ville de Brazzaville, l’Union des musiciens congolais (UMC), sous la férule de son président, Magloire Bonguili, alias Pape God, a tenu une réunion de crise le 23 septembre dernier, à son siège. Y ont pris part les membres du Bureau exécutif national, du bureau départemental de Brazzaville, ainsi que les leaders de la musique congolaise, les représentants de l’UMC diaspora et les chroniqueurs de musique.
Un seul point figurait à l’ordre du jour: l’organisation des obsèques de l’artiste- musicien Chairman Jacques Koyo.
A l’issue de cette rencontre, il a été convenu de rendre un hommage mérité à cette icône de la musique congolaise et africaine.
Les participants ont aussi décidé de:
-l’organisation d’une veillée artistique à partir du jeudi 23 septembre 2021 et ce, jusqu’à la construction de la pierre tombale.
Ladite veillée se tient à la rue Champ de Tir à Mikalou, aux abords du cimetière de la Tsiémé, non loin du Commissariat de police Kibeliba, tous les jours de 13h30 à 17h00. Un registre des condoléances est ouvert et un cahier de cotisations mis à la disposition du public ;
-la production d’une chanson hommage dans les studios Promiuz, au Plateau des 15 ans, dont les travaux étaient censés prendre pris fin le dimanche 26 septembre 2021;
-un hommage officiel au Palais des congrès et de la consécration de la pierre tombale du défunt.

V.C.Y.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.