Sélectionner une page

Paroisse Saint Jean Baptiste de talangaï (Archidiocèse de Brazzaville) : L’abbé Norbert Bouka Ossangué a pris possession de sa charge pastorale

Paroisse Saint Jean Baptiste de talangaï (Archidiocèse de Brazzaville) : L’abbé Norbert Bouka Ossangué a pris  possession de sa charge pastorale

La chrétienté de la paroisse Saint Jean-Baptiste de Talangai a accueilli dimanche 30 octobre 2022, 31è dimanche du temps ordinaire de l’année liturgique C son onzième curé, l’abbé Norbert Bouka Ossangué, prêtre de l’archidiocèse d’Owando incardiné dans l’archidiocèse de Brazzaville. Il succède à l’abbé Alexis Tobangui affecté au foyer Abraham, après cinq ans passés dans cette paroisse cinquantenaire fondée en 1971 par le père Jean-Marie Grivaz, prêtre missionnaire spiritain. Le passage de témoin a eu lieu le lundi 12 septembre dernier, en présence du père Jonas Clotaire Bangui, curé doyen du doyenné Notre-Dame des Victoires et des deux Conseils pastoraux paroissiaux.

Le dimanche 30 octobre, l’abbé Norbert Bouka Ossangué a pris possession de sa charge pastorale au cours de l’unique messe célébrée à 9 heures par Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, archevêque métropolitain de Brazzaville. La liturgie du chant a été assurée par les chorales paroissiales (Echo du désert et Le Jourdain) et la Scholas populaire. Une foule de chrétiens arborant l’uniforme du cinquantenaire ainsi que ceux de la communauté Sainte Denise et qui a pris d’assaut l’église archicomble ainsi que les chapiteaux installés dans la cour est venue rendre grâce à Dieu avec le nouveau curé. Cette messe a été concélébrée par une dizaine de prêtres, parmi lesquels les abbés Armand Serge Emmanuel Kiyindou, coopérateur à la paroisse; Christel Barthel Ganao, recteur du grand séminaire de théologie cardinal Emile Biayenda et le père Casimir Moukouba, directeur diocésain de liturgie. Des personnalités civiles et militaires, parents, amis et connaissances proches du curé à l’honneur y ont pris une part active. La messe a connu deux parties: Le rite d’entrée jusqu’à l’homélie était présidé par l’archevêque, et à partir du credo jusqu’à la prière post communion par le curé à l’honneur. Après la procession d’entrée, il y a eu la lecture du décret de nomination et la brève présentation du nouveau curé par le premier vicaire de la paroisse. Le rite d’installation a connu plusieurs étapes: Après la deuxième lecture et avant le chant de l’Alléluia, le curé nommé a reçu de l’archevêque la bénédiction et de son délégué le livre des évangiles. Le curé nommé s’est rendu en procession à l’ambon pendant le chant de l’Alléluia pour proclamer lui-même l’évangile du jour. Le rite d’installation commence par la profession de foi et le serment de fidélité qui est un acte essentiel par lequel le curé nommé prend canoniquement possession de sa charge en promettant fidélité à l’Eglise catholique, l’obéissance à l’archevêque et ses successeurs. Puis, le dialogue entre l’archevêque et le curé et enfin, le renouvellement de la promesse faite le jour de son ordination. Les grands moments de cette messe ont suivi: la vêture de la chasuble, la remise des clés de l’église et du tabernacle, l’installation dans son siège pastoral. Le curé installé a ouvert la porte principale de l’église et le tabernacle, puis procédé à la signature du registre de la paroisse qui a clos ce rite. Puis le curé à l’honneur a pris les destinés de la messe à partir de la profession de foi (credo) jusqu’à la prière post communion. La bénédiction finale a été prononcée par Mgr l’archevêque. L’abbé Maurice Essongani Lopo, premier vicaire de la paroisse a présenté le cursus du curé à l’honneur. «L’abbé Norbert Bouka Ossangué a été ordonné prêtre le 10 juillet 1999 pour le compte du diocèse d’Owando, par Mgr Ernest Kombo, S.j évêque du lieu. Depuis 2020, il est incardiné dans l’archidiocèse de Brazzaville. C’est Mgr Anatole Milandou, archevêque émérite qui le nomme administrateur paroissial de Sainte Bernadette de Casis».
L’homélie du jour axée sur le texte de Zachée, homme pêcheur, a permis à Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou de donner la signification du mot curé qui veut dire: cura, curarequi veut dire soigner. Le curé est le médecin des âmes à travers ses conseils, ses prières. Il soigne le peuple de Dieu qui lui est confié. Etre curé est une belle mission, mais une lourde charge. «Vous n’êtes pas le curé de vos parents, amis, confrères. Vous êtes le curé des paroissiens de Saint Jean-Baptiste de Talangaï. Comportez-vous comme Zachée, homme dont on parle dans le texte de ce jour Luc 19, 1-10 qui stipule que le fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. C’est l’évangile de la miséricorde de Dieu au milieu de son peuple. La persévérance, la jalousie, la rivalité à Saint Jean-Baptiste; la collaboration, le curé est le veilleur, soyez toujours en prière, restez en prière et soyez fort. Le travail en équipe entre l’équipe presbytérale elle-même, et entre le Conseil pastoral paroissial.
A noter que, le dimanche 16 octobre 2022 l’abbé Norbert Bouka Ossangué a ouvert l’année pastorale 2022-2023 au cours de laquelle, il a envoyé en mission une trentaine de catéchistes ainsi que les membres des bureaux des mouvements d’apostolat nouvellement élus. A cette occasion, il a dévoilé son plan pastoral des cinq prochaines années qui se résume en trois axes. «Après avoir célébré le cinquantenaire de notre paroisse l’an dernier, nous voici au début d’une nouvelle année pastorale qui a pour thème: «Ensemble construisons notre Eglise en mettant tout en commun» (Eph.2, 19-22). C’est dans un esprit de communion et d’humilité que nous allons construire notre paroisse cinquantenaire qui a plein de projets, telle la finition du bâtiment du cinquantenaire, la construction d’un nouveau bâtiment pour abriter les bureaux paroissiaux et enfin, la construction d’un nouveau presbytère. Tout cela se fera dans l’humilité, l’humilité dans notre acquisition de richesses et l’humilité dans nos efforts car à la fin nous ne repartirons avec rien, Cf Jacques 4,10 «Humiliez-vous devant le Seigneur et il vous élèvera». Sur le plan économique, avec les réformes de l’Assemblée spéciale des ouvriers apostoliques ASOA), nous sommes engagés dans un grand tournant qui implique un déracinement de nos habitudes, il est question maintenant de bannir certaines pratiques telles qu’on a toujours fait ça. Mgr l’archevêque Bienvenu Manamika Bafouakouahou m’a demandé de travailler en communion avec lui, avec mes confrères ainsi qu’avec l’ensemble des chrétiens afin qu’en ce lieu, le nom du Seigneur soit glorifié. Je tiens à remercier mon prédécesseur l’abbé Alexis Tobangui, ainsi que tous les responsables sortant des mouvements d’apostolat pour la fidélité et les grandes opérations réalisées. A tous je souhaite une année pastorale plus tranquille avec moins d’urgences surtout avec la levée de l’État d’urgence sanitaire par le Gouvernement de la République».

Pascal BIOZI KIMINOU

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.