Sélectionner une page

PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2021 : Le romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah, lauréat!

PRIX NOBEL DE LITTERATURE 2021 : Le romancier tanzanien  Abdulrazak Gurnah, lauréat!

Ça y est! Le lauréat de l’édition 2021 du Prix Nobel de littérature est connu. Il s’agit du romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah. Son nom a été dévoilé le jeudi 7 octobre par l’Académie suédoise. L’heureux récipiendaire qui a vu le jour en 1948, à Zanzibar, en Tanzanie, succède à la poétesse américaine Louise Gück, sacrée l’année dernière.

Selon le jury, Abdulrazak Gurnah, connu notamment pour son roman ‘’Paradise’’ (Paradis, en français), a été récompensé pour son récit «empathique et sans compromis des effets du colonialisme et le destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents».
Le lauréat du Nobel 2021 a plusieurs de ses œuvres traduites en français, dont ‘’Près de la mer’’ (Galaade), lauréat 2007 du prix RFI Témoin du monde et sélection pour le prix Baudelaire, ou ‘’Adieu Zanzibar’’, paru chez le même éditeur.
‘’Paradise’’ est publié en France, chez Le Serpent à Plume. Le roman suit la vie de Yusuf, un homme vendu par son père, esclave sur la route des caravanes qui finit cloîtré dans un jardin d’Eden, au gré des caprices de sa maîtresse.
L’éditeur explique qu’il s’agit d’un «récit tumultueux d’une jeunesse africaine au début du siècle entre Zanzibar et le lac Victoria».
La bibliographie de l’auteur tanzanien compte une dizaine de romans dont une majorité seulement reste disponible en langue anglaise.
Il est le cinquième Africain à se voir décerner le Prix Nobel de littérature, après le Nigérian Wole Soyinka (1986), l’Egyptien Naguib Mahfouz (1988), la Sud-Africaine Nadine Gordimer (1991) et son compatriote John Maxwell Coetzee (2003).

V.C.Y.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.