Sélectionner une page

RD CONGO : Décès de Mgr Tharcisse Tshibangu-Tshishiku

RD CONGO : Décès de Mgr Tharcisse Tshibangu-Tshishiku

Président du conseil d’administration des universités publiques de la RD Congo (PCA), 7e recteur de l’Université nationale du Zaïre (UNAZA), Mgr Tharcisse Tshibangu-Tshishiku vient de tirer sa révérence aux Cliniques universitaires de Kinshasa (CUK), des suites d’une maladie, le mercredi 29 décembre à l’âge de 88 ans. Issu d’une famille des nobles, il a eu un parcours exceptionnel.
Né à Kipushi, dans l’actuelle province du Haut-Katanga (République Démocratique du Congo), le 23 avril 1933, Mgr Tshibangu-Tshishiku est originaire de Ngandajika (Kasaï Oriental). De 1939 à 1944, il fait ses études primaires dans sa ville natale auprès de la paroisse Sainte Barbe. Il poursuit ses études secondaires et les humanités gréco-latines au petit séminaire de Kapiri-Kakanda, dirigé de 1945 à 1951 par les pères bénédictins.
Poursuivant le cursus en vue du sacerdoce, il ira de 1951 à 1957 étudier la philosophie et la théologie au Grand séminaire de Baudouinville, aujourd’hui Moba (province du Tanganyika), tenu par les Missionnaires d’Afrique qu’on appelle habituellement Pères Blancs. Avec l’accord de son Évêque, le jeune séminariste Tshibangu va devoir aller à Kinshasa poursuivre ses études universitaires à l’Université Lovanium de Kinshasa où il obtint une licence en théologie de 1957 à 1959. À l’heure où le Congo-Belge se prépare à l’indépendance, il est ordonné prêtre, le 9 août 1959 pour le compte de l’Archidiocèse de Lubumbashi. Il commença à approfondir la question de la possibilité d’une théologie africaine. Le débat épistémologique avec son professeur, le chanoine belge A. Vannest donna lieu à des recherches approfondies sur la possibilité d’une théologie proprement africaine et scientifique.
Toujours en accord avec son ordinaire, il ira en Belgique pour continuer ses recherches théologiques à l’Université Catholique de Louvain. La première étape est le doctorat en théologie de 1961 à 1962 avec une thèse sur Melchior Cano: «Melchior Cano et la théologie positive». La seconde sera le «Magistère» en théologie, c’est-à-dire l’Agrégation de l’enseignement supérieur de 1962 à 1965. Ces études seront couronnées par une thèse: «Théologie positive et théologie spéculative Position traditionnelle et nouvelle problématique».
Le Pape Jean XXIII nomme le jeune Maître en théologie Expert au Concile Vatican II et plus tard, son successeur, le Pape Paul VI, le nomme son Prélat en août 1966. Ayant découvert les talents du jeune prêtre brillant Tshibangu-Tshibangu durant le déroulement du Concile Vatican II, le Cardinal Joseph Albert Malula, ne va pas perdre l’occasion de l’avoir à ses côtés, comme proche collaborateur. Le Pape Paul VI va le nommer Évêque Auxiliaire de l’Archidiocèse de Kinshasa. Le 6 décembre 1970, il sera consacré Évêque, et s’occupera de la pastorale de la Région Apostolique Kin-Ouest de 1980 à1991. Après la mort du Cardinal Malula, il sera de 1991 à 1992, le Vicaire Général ayant tous les pouvoirs sur l’Archidiocèse de Kinshasa. En 1992, le Pape Jean-Paul II le nomme Évêque de Mbuji-Mayi. De même, il va occuper de nombreuses hautes responsabilités au niveau national et international. L’homme des sciences et Pasteur Congolais qu’il est, il a reçu plusieurs titres: Doctorat Honoris Causa en 1977, Université des Sciences humaines de Strasbourg en France, et participé à des rencontres à caractère scientifique, ecclésiastique et académique.
Mgr Tshibangu Tshishiku, initia le 25 mars 1984, l’expérience ad experimentum de l’Institut Séculier Saint Jean-Baptiste dans l’Archidiocèse de Kinshasa, avec la bénédiction de Son Éminence le Cardinal Joseph Albert Malula. Cet Institut est sacerdotal et laïcal. Évêque émérite du diocèse de Mbuji-Mayi depuis le 1er août 2009, il avait continué à servir fidèlement, avec le sens de responsabilité qui l’a toujours caractérisé, la RD Congo et l’Afrique. A côté de sa vie intellectuelle riche et profonde, il fut un grand homme spirituel. Les années passées aux côtés de ses aînés Malula et Moké, ont été pour lui, un temps d’approfondissement, de l’intuition de cette forme de consécration séculaire.

Alain-Patrick MASSAMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

NOUS VOUS DISONS MERCI !

Ce n’est pas être présomptueux que d’affirmer que notre fête fut belle. Nous avons célébré les 70 ans de création de La Semaine Africaine : nos Evêques nous ont soutenus, nos amis dans les chancelleries comme dans les autres organes d’information nous ont entourés de leur sollicitude. Par les nombreuses manières que nous offrent les technologies modernes d’aujourd’hui, nous avons reçu les témoignages affectueux venus de partout.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.