Sélectionner une page

Sensibiliser la population à la lutte contre la corruption

Sensibiliser la population  à la lutte contre la corruption

Le président de la Haute autorité de lutte contre la corruption (HALC), Emmanuel Ollita Ondongo, a procédé le 7 janvier 2023 à Brazzaville, au dévoilement du panneau inamovible de sensibilisation contenant un message de lutte contre la corruption à l’aéroport international Maya-Maya: «Banissons la corruption au Congo, la récréation est terminée». Il était assisté de Serge Florent Dzota, directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), de Charles Duchaine, directeur de l’AFA, et d’Emmanuely Ludovic François Frédéric, président de l’ONG Croissance Peace, ainsi que d’autres invités.

Dans son mot de bienvenue, Serge Florent Dzota a relevé que le dévoilement du panneau inamovible qui intègre la sensibilisation des populations à la prévention et à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées, est un pas important que la République du Congo va franchir. «Porte principale d’entrée et de sortie, l’aéroport Maya-Maya doit être débarrassé des faits de corruption relevés et dénoncés par les passagers et autres usagers», a-t-il dit.
Le directeur général de l’ANAC a rassuré le président de la HALC du soutien de l’autorité de l’aviation civile.
Le chef du département de la prévention, la sensibilisation et la communication à la HALC, Germain Loubota, a dit que la HALC voudrait renforcer la sensibilisation à l’égard de la population fréquentant ou passant par l’aéroport. «Un aéroport constitue pour un pays sa porte d’entrée et de sortie. C’est par cette porte qu’arrivent toutes les velléités de corruption enfouies dans les consciences des potentiels corrupteurs ou corrompus et qui ont besoin d’être renseignés qu’au Congo, nous bannissons désormais la corruption», a-t-il déclaré.
Le panneau de sensibilisation sur la lutte contre la corruption est un ouvrage construit par l’entreprise BAT-Angela (AB) construction métallique. Il est construit en matériaux durables selon les normes standards et mesure 5,5 m de hauteur et 3 m de largeur. Les spécifications techniques intègrent une armature composée d’un tube rectangulaire profilé de 200x100x5 millimètres d’épaisseur sur l’axe principal; d’un assemblage des tubes carrés de 40×40 mm; des tubes rectangulaires de 80×40 mm et de plaques de toiles de 50×2 mm. Toute l’armature est sous-tendue par un socle souterrain de 1.20 m de profondeur et 25 centimètres de surface, conçu en béton dosé à 350 Kg x7, représentant 2,5 tonnes.
L’armature offre ainsi les conditions nécessaires de résistance aux courants de vent et de garantie en général. Pour cela, un mécanisme d’entretien périodique des installations sera mis en place par le partenaire technique, a indiqué Germain Loubota.

A. N’K-K.

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.