Sélectionner une page

VATICAN : «C’est le moment de la honte»: l’appel du Pape sur les abus dans l’Eglise en France

VATICAN : «C’est le moment de la honte»: l’appel du Pape sur les abus  dans l’Eglise en France

Au cours de l’audience générale, le Pape est revenu sur la publication, ce mardi 5 octobre, du retentissant rapport de la CIASE sur les abus sexuels sur mineurs commis dans l’Eglise de France.

La présentation du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE) a été suivie avec attention au Vatican, notamment au sein de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, où le sérieux de l’enquête et la méthodologie employée ont été très appréciés. Le Pape François lui-même a réagi par un communiqué publié mardi en début d’après-midi par la Salle de Presse du Saint-Siège.
Comme les évêques de France en visite ad limina la semaine dernière l’avaient souhaité, il s’est également exprimé sur le sujet par une prise de parole adressée aux pèlerins de langue française, lors de l’audience générale en Salle Paul VI.
«Hier, la Conférence épiscopale et la Conférence des religieux et des religieuses de France ont reçu le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise, chargée d’évaluer l’ampleur du phénomène des agressions et des violences sexuelles commises sur les mineurs à partir de 1950. Malheureusement, le nombre en est considérable», a déclaré l’évêque de Rome.
Compassion pour les victimes
«Je désire exprimer aux victimes ma tristesse et ma douleur pour les traumatismes qu’elles ont subis et notre honte, ma honte, pour la trop longue incapacité de l’Eglise à les mettre au centre de ses préoccupations, et je les assure de ma prière», a insisté le Pape François avant d’asséner avec gravité: «Je prie et nous prions ensemble: à toi Seigneur la gloire, à nous la honte. C’est le temps de la honte.»
«J’encourage les évêques et les supérieurs religieux à continuer à faire des efforts afin que de semblables drames ne se reproduisent pas. J’exprime aux prêtres de France ma proximité et mon soutien paternel devant cette épreuve, qui est dure mais salutaire, et j’invite les catholiques français à assumer leur responsabilité pour garantir que l’Eglise soit une maison sûre pour tous», a conclu le Saint-Père.
Depuis le début de son pontificat, le Pape François a multiplié les initiatives dans la lutte contre les abus sexuels sur mineurs, notamment à la suite du sommet des présidents des conférences épiscopales en février 2019, à Rome.
La publication du rapport de la CIASE a donné lieu dès le mercredi 6 octobre à un contact direct entre le Pape et les évêques de France. Avant d’entrer dans la Salle Paul-VI pour l’audience générale, le Pape François a rencontré quatre évêques français et a vécu avec eux un moment de prière silencieuse pour les victimes.
«Oui, une prière silencieuse. Le Pape a raison: c’est le moment de la honte face au rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise. Oui, maintenant c’est le temps de la prière, de la conversion, de demander pardon et de tout faire pour que cette honte ne se répète plus jamais, a confié, profondément ému, Mgr Emmanuel Gobilliard», évêque auxiliaire de Lyon.
Les autres évêques français présents étaient Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, Mgr Laurent Dognin, évêque de Quimper et Léon, et Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans. Ils sont présents au Vatican depuis mardi, avec trois femmes consacrées, à l’occasion d’’une rencontre qui se tient jusqu’au 8 octobre, organisée par la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique.

Gislain Wilfrid
BOUMBA

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

A propos de l'auteur

Editorial

Ils se rapprochent

L’attaque d’une église pentecôtiste dimanche dernier en Ituri relance la crainte d’un enserrement de l’Afrique centrale. Attribuée à l’AFDL, rébellion d’inspiration islamiste, cette attaque n’a pas surpris grand monde. Dans la cocotte-minute que représente cette région de la République démocratique du Congo, il y a bien longtemps que les affidés de l’Etat islamique ont placé cette partie de l’ex-Zaïre en coupe réglée.

Lire la suite

Abonnez-vous à notre newsletter

Ne manquez plus rien !

Nous ne spammons pas !

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.